Focus – Comment se mettre à la boxe depuis chez soi ?


Malgré le fait que ça ait l’air d’être un sport agressif, la boxe nécessite beaucoup d’aptitudes physiques, et c’est ainsi un sport très exigeant qui nécessite de gros efforts, mais qui présente beaucoup de bénéfices.

Vous voulez vous y mettre ? Voici quelques astuces pour s’y mettre à la maison simplement pour prendre de bonnes habitudes et faire les bons exercices.

Se mettre à la boxe n’est pas chose aisée, cela nécessite une préparation en amont. Pour commencer, il faut bien avoir conscience que la motivation devra être présente tous les jours pour aspirer à progresser, tant sur le plan physique que sur le plan mental, ou encore sur tout ce qui a trait à la technique. Il faut souligner aussi que la patience et la persévérance doivent être des qualités fondamentales chez le boxeur, car, comme pour beaucoup d’autres disciplines, la progression est parfois lente, même si au départ, on a l’impression de changer du tout au tout en l’espace de quelques séances.

Aussi, vous devez savoir que vous serez à même de fournir de réels efforts et de dépasser certaines de vos limites, plus vous aurez tendance à progresser, sans forcément vous en rendre compte sur le coup. Ces astuces et exercices seront axées sur des pratiques sans opposition, car il n’y en a pas besoin dans un premier temps tout du moins.

L’observation pour commencer !

En premier vous devez commencer par visionner pas mal de contenus sur cette discipline. Le mieux, et le plus motivant, sera sans doute d’axer vos observations sur un boxeur qui vous semble correspondre à ce que vous aimez dans la boxe, pas forcément quelqu’un du même gabarit que vous, mais un boxeur qui a une manière de se mouvoir sur le ring, de bouger dans l’espace, de frapper, de remiser, qui vous parle.

Il existe toutes sortes de styles en boxe et vous devez déjà pouvoir fixer ce que sera le vôtre, et pour ce faire, rien de mieux que l’observation. Pas besoin de vous rendre en salle, vous pouvez désormais trouver des vidéos sur Internet et nul doute que vous apprendrez beaucoup simplement en vous imprégnant de phases de boxe « récitées » par des pratiquants chevronnés et qui ont une certaine maîtrise. Pour l’heure, il sera question de définir certains de vos objectifs, et donc, une certaine idée du style de boxe que vous souhaitez adopter ou tenter de reproduire.

Le sac de frappe, le meilleur compagnon du boxeur

En effet, une fois que vous vous êtes imprégné de ce que la boxe vous évoque, vous allez pouvoir passer à la seconde étape : le fameux sac de frappe. C’est le meilleur allié du boxeur … Tous les combattants ont fait leur premières armes en faisant des exercices de frappe avec le fameux sac, et vous n’y ferez pas exception.

Le plus simple pour débuter est de maintenir une garde haute, et simplement d’enchaîner 2 ou 3 directs de chaque bras, puis 2 ou 3 crochets, sans forcément avoir une cadence infernale. Cela vous permettra de durer et travailler le fond, car vous vous rendrez très vite compte de la fatigue que cela procure de simplement frapper et de conserver les bras haut en garde. Avec le temps et l’accumulation des séances, vous allez vous imposer des séquences plus intenses, avec des enchaînements moins espacés et des combinaisons de coups plus rapides, mais cela doit venir progressivement. L’essentiel est de travailler aussi sur le fond et le cardio.

Pour terminer, la 3e phase de l’entraînement maison va consister à épurer un peu votre style, et à délier l’ensemble des combinaisons que vous pratiquez sur le sac, et pour ce faire, encore une fois, comme tous les boxeurs du monde, vous devrez vous mettre à ce que l’on appelle le « Shadow boxing ». Cela s’apparente à une forme de boxe contre le vent. Vos coups ne vont pas porter sur le sac de frappe, mais dans l’air. Cela vous permettra, intérieurement, avec un petit effort d’imagination, de recréer une opposition comme si vous étiez effectivement en situation de combat face à un adversaire. Vous allez ainsi pouvoir tenter de mettre en pratique tout ce que vous avez pris le temps de bien observer, de disséquer lors de la phase 1, et aussi ce que vous avez développé lors de la phase 2.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *